Compte rendu – Groupe de travail ELSA – 5 avril 2018

Groupe de travail, Compte rendu, ELSA

Présents :

BASTOUL Anne, BUGIER Philippe, BOUZIGUES Carole, BRIFFON Jean-Marie, CLARENSON Elfie, COPPIN Gwenaëlle, DUBOIS Dominique, DUMONT Josiane, FERRO Marie-Jo, FORTON Marie-Anne, FRANCOIS Magali, HEREDIA-RODIER Pascale, HEMERY Sylvie, HONORE Brigitte, LEPAPE Michel, PAPON Mary-Blanche, RABAUD Sylvie, RUIZ Maxime et VALLES Christiane.

Pour le RAMIP :

Jean-Paul BOYES  et XIONG Harmony.

Excusés :

BOUCHET BENEZECH Brigitte, ENTAJAN Flora, LAFFITEAU Françoise et MINICONI Isabelle.

 

Ordre du jour :

  • Travail de réflexion collective sur deux thèmes :
    • Sensibilisation du personnel en addictologie
    • La temporalité dans la prise en charge des ELSA
  • Points sur la réunion d’Occitanie
  • Questions diverses

 

Travail de réflexion collective sur deux thèmes :

Sensibilisation du personnel en addictologie

L’équipe de Lannemezan expose en premier les actions réalisées.

Les points de rencontre avec les infirmières se font directement dans les services avec la remise de brochures spécialement dédiées qui permettent d’ouvrir le dialogue et de présenter les bases de l’addictologie.

A noter que ces rencontres sont faites essentiellement dans le service de psychiatrie car dans le service de CMC il manque de temps pour l’addictologie.

A la demande de la surveillante il est mis en place des réunions d’informations qui peuvent durer 3h, réalisées par des pairs et qui se font de façon mensuelle.

Il est à noter une insuffisance dans la formation initiale en addictologie pour les infirmières et à noter juste une intervention dans le 3ème module largement insuffisante.

L’évaluation standardisée reflète peu les changements de pratiques qui sont noter par les professionnels et les changements dans les représentations rendant plus facile les prises en charges futures.

A Castres la formation est organisée sur 3 journées. La 1ère est consacrée à un enseignement théorique de l’addictologie. La 2ème se fait autour du film « Fly » montrant effectivement les différentes notions d’addictologie, notamment le craving et la rechute, servant de base pour installer le dialogue avec les participants.

Lors de cette journée sont vus les outils de l’addictologie ainsi que les notions du repérage précoce et de l’intervention brève.

La 3ème journée est faite 3 semaines après et sert à la fois d’évaluation, de mise à niveau des connaissances et de renforcement.

A noter que pour le moment pas de médecins assiste à ces formations.

Au CH de Montauban 4 jours de formation avec des actions ponctuelles sur différentes situations sont faites, surtout dans le cadre d’un déménagement du service d’hospitalisation de sevrage qui a nécessité une formation des nouveaux personnels. Ces 4 jours de formation s’inscrivent dans la formation officielle des professionnels.

Au CH d’Auch il n’y a pas de formation officielle des professionnels soignants pour le moment. De la même manière au niveau du CHU de Toulouse il n’y a pas non plus de véritables formations qui sont formalisées en raison d’un turn-over très important du personnel.

Au CH de Rodez il n’y a pas non plus pour le moment de formation spécifique.

A l’UTLA de Cahors les interventions se font surtout auprès des étudiants infirmiers au niveau de la formation primaire.

Au CH Marchant 4 jours et demi de formation sont réalisés, avec 3 jours de formations théoriques + une formation de réévaluation à distance. Sont également faits 8 modules de 2h sur des thématiques choisies qui étaient au départ à destination des internes. Ces modules sont aujourd’hui ouverts à tous, personnel infirmier, soignant et aide-soignant. Il est à noter une participation d’un médecin au dernier module.

La mise en place pour le CH Marchant, Pascale Heredia Rodier décrit le principe du correspondant. Il a été mis en place un référent infirmier formé à l’addictologie grâce aux formations internes et dont le rôle est de faire le lien avec les ELSA. Ce référent présente un grand intérêt dans les échanges entre pairs.

A l’hôpital Joseph Ducuing 3 jours de formation sont organisés. A noter la formation d’une sage-femme qui s’est formée spécifiquement à l’addictologie et également la formation systématique des internes lors de leur passage dans le stage.

 

La temporalité dans la prise en charge des ELSA

La 2ème partie de la réunion été consacrée à la temporalité de la prise en charge dans les ELSA. Nous n’avons pas eu le temps d’approfondir cette notion mais l’équipe qui y avait travaillé (cf. fichier joint), montre bien 3 temps :

  • 1 temps court et bref : celui des urgences,
  • 1 temps répété : avec des patients revus régulièrement à l’occasion de décompensation ou à l’occasion de ré hospitalisation,
  • Une temporalité longue d’une prise en charge sur une hospitalisation longue.

A retenir : L’hôpital de jour qui permet d’agir sur la temporalité, existant au CHU, en projet à Montauban.

Intérêt de l’hôpital de jour :

  • Action sur la temporalité de la prise en charge en permettant de faire le point sur les problématiques somatiques.
  • Outil de réduction de risque
  • Outil motivationnel par la voie somatique
  • Outil de renforcement de l’abstinence ou de réduction des consommations.
  • Mise en place de programme d’ETP (éducation thérapeutique du patient)

Enfin au cours de la réunion une retranscription d’un CR rapide de la journée ELSA organisée par l’ARS a été faite. Cette journée semblait être plus axée sur les objectifs et sur les protocoles administratifs que sur un contenu scientifique ou organisationnel. A noter qu’autour de la table certains responsables de l’ELSA étaient étonnés de ne pas avoir été invités.

 

La prochaine réunion du Groupe ELSA aura lieu le 11 octobre 2018. Le sujet en sera l’intervention d’une équipe ELSA : objectifs, déroulement et évaluation.