Compte rendu – Groupe Territorial Aveyron GT12 – 4 novembre 2016

Groupe Territorial, Compte rendu, GT12

Présents :

Patrice Cantala (CSAPA Sainte-Marie), Karine Espitalier (CAARUD EPICE 12 – Village 12), Jacqueline Fraissenet (UNAFAM), Claire Girou (CSAPA Sainte-Marie), Benjamin Logan (Interne en psychiatrie – CSAPA Sainte-Marie), Marion Pelletier (ELSA – CH Rodez), Nadège Pereira-Poujol (ANPAA 12), Grégory Poczernin (CSAPA Sainte-Marie), Céline Seguin (Médecin généraliste Rodez), Chantal Sicard (Unité addictologie CH. Millau – AREVHO), Colette Salson (Unité addictologie CH. Millau).

Pour RAMIP :

Jean Paul Boyes, Alexandra Montéro, Guillaume Sudérie (RAMIP)

Excusés :

Marie-Christine Bosc (CMS de Villefranche de Rouergue), Anne-Helene Bruguerolle (Pharmacienne a Sainte-Affrique), Jennifer Phillips (Médecin généraliste Villefranche-de-Rouergue).

Ordre du jour :

  • Bilan des journées du 16 juin 2016 « Rencontres avec les acteurs de l’addictologie de l’Aveyron » organise e par le RAMIP et du 20 septembre 2016 « Addictologie, représentations, accompagnement et réseau sur le Sud Aveyron » organisée par l’ANPAA 12
  • Point concernant le marque page : correction en vue d’une nouvelle édition
  • Pistes d’action vers la médecine générale
  • Questions diverses

 

Bilan des journées du 16 juin 2016 « Rencontres avec les acteurs de l’addictologie de l’Aveyron » organisée par le RAMIP et du 20 septembre 2016 « Addictologie, représentations, accompagnement et réseau sur le Sud Aveyron » organisée par l’ANPAA 12

La journée du 16 juin 2016 est considérée par l’ensemble du groupe comme une réussite. Toutefois, un certain nombre de points apparaissent important a améliorer lors de l’organisation future de ce type d’événement :

  • Une phase de préparation organisationnelle est indispensable. Cette phase non prévue du fait de la distance géographique ne pourra se faire que par une autonomisation des équipes de terrain. Le de lai de mise en œuvre court du fait d’un calendrier serre est a l’origine de dysfonctionnement de cet ordre.
  • Une phase de préparation sur le contenu et l’animation de la journée est aussi souhaitée.
  • La présentation des objectifs dans les invitations et au de but de l’événement est indispensable pour qu’il n’y est pas de frustration trop importante chez les participants.
  • Eviter les situations pratiques qui peuvent être a l’origine de blocage lors des échanges. L’ide e de de marrer les ateliers sur des exemples concrets est maintenu. Toutefois les situations pratiques peuvent être perçues comme des situations cliniques qu’il faudrait résoudre (surtout si leurs auteurs sont au sein de l’atelier) alors qu’elles étaient prévues comme des lancements de discussion. La méthodologie autour de « Post-it » (Cf. ci-après) semble plus opportune pour animer les e changes. La question se pose alors sur la mise en place d’ateliers thematiques.
  • Il est impératif de mettre en place une évaluation distribuée et récupérée lors de la journée.

Concernant la journée du 20 septembre 2016, l’e valuation de l’ANPAA indique que :

  • 76 personnes ont participe a cette journée.
  • La méthodologie d’animation des e changes par le « Post-it » a permis un de bat et des e changes constructifs. Le principe est simple. Chaque participant inscrit sur un Post-it une question qui est lue en séance plénière. Cette question permet aux intervenants de répondre directement aux préoccupations des participants. D’autres outils issus des techniques de promotion pour la sante sont a explorer.
  • La journée a permis d’améliorer la visibilité du réseau.

La complémentarité , la collaboration et la cohérence de l’action des différents services du département est un point positif retenu par tous concernant les deux journées.

 

Point concernant le marque page : correction en vue d’une nouvelle édition

Suite aux différents échanges concernant le marque page, il apparaît important de faire un rectificatif afin d’améliorer la clarté de cet outil. Plusieurs grands principes sont retenus :

  • Garder l’entre e par types de situations (Réduction des risques…)
  • Maintenir prioritairement dans chaque champ les acteurs dont c’est le « cœur de métier ». Exemple : le champs « Réduction des risques » se résumera au CAARUD dont c’est l’action principale et ce, me me si l’ensemble des acteurs interviennent en réduction des risques.
  • De placer les déclinaisons des terminologies des structures dans un espace dédiée. Valoriser la complémentarité , la collaboration et la cohérence de l’action des différents services du département par une phrase d’introduction en précisant bien que l’essentiel est d’avoir une porte d’entre e dans le réseau et que chaque structure est en capacité d’orienter, de réadresser vers les autres partenaires.

Plusieurs propositions d’ajustement seront propose es au groupe au 1er semestre 2017.

 

Pistes d’action vers la médecine générale

Ce projet d’actions est issu de la difficulté d’orientation des patients en situation d’addiction en direction des médecins généralistes et plus particulièrement a Rodez. Le manque de médecins généralistes est a l’origine d’une surcharge de patiente le pour les professionnels de ces secteurs. Peu de médecins acceptent de nouveaux patients et il est me me difficile de répondre aux « urgences ». Dans ce contexte, la prise en charge des patients « toxicomanes » se rêve le difficile. Un projet de maison de sante est en cours sur Rodez.

Ces professionnels sont difficiles a mobiliser et c’est en ce sens qu’il est propose d’intervenir lors de la Journée Aveyronnaise de Médecine (JAM) qui rassemble un grand nombre de ces professionnels (100 a 120 professionnels). Cette journée a lieu le 26 novembre 2016. Il est propose d’y intervenir afin qu’une présentation succincte du réseau y soit faite. Dans ce cadre, il sera remis a l’ensemble des professionnels, le marque-page et un questionnaire diagnostic des besoins de ces professionnels. L’ide e est de communiquer de la présence du réseau sur le territoire et repérer les besoins afin de proposer un sujet d’intervention pour le JAM 2017. De manière pratique, l’equipe du réseau réalise un court questionnaire et le transmet aux docteurs Seguin et Sicard qui s’occuperont de la présentation du réseau lors de la journée ainsi que de la diffusion des marques-pages.

Le deuxième axe de travail consiste a soutenir la mise en place de stage des internes en médecine générale au sein des services d’addictologie de l’Aveyron. Pour cela, il est nécessaire d’informer les internes (Association des internes de MG) et les référents de stages. Des questions administratives concernant les conventions sont a préciser.

Le dernier axe est de cibler une ou deux maison de santé, d’aller les rencontrer et de leur proposer une présentation des services en addictologie de l’Aveyron.

 

Questions diverses

Les professionnels du GT 12 proposent de prendre du temps en début ou fin de chaque réunion du groupe pour présenter les actions nouvelles, les nouveaux professionnels… des différents services.

Une petite présentation de l’UNAFAM a e te faite pendant le tour de table en début de rencontre.

L’ANPAA 12 précise que deux nouveaux professionnels ont rejoins l’equipe :

  • Dr Nathalie Lecroq, psychiatre addictologue,
  • Laetitia Dautrey, psychologue.

Gregory Poczernin précise son implication en tant que Délégué Territorial Aveyron au sein du COR, Comité Opérationnel Régional. Un appel est lance pour qu’un autre professionnel du département puisse venir l’épauler dans cette mission.