Compte rendu – Groupe Territorial Haute Garonne GT31 – 2 février 2016

Groupe Territorial, Compte rendu, GT31

Présents :

Karen Bertreux (Narcotiques Anonymes), Lucille Bonthoux (La Psychanalyse dans la Cité), Marie Crequy (CSAPA Maurice Dide), Frédérique Dussaud (Association du May – CHRS Montespan, Saint-Gaudens), Thibault Fauthoux (Intermède – Association régionale Clémence Isaure), Gérard Fontan (MG, RAMIP), Daniel Garipuy (Hôpital Joseph Ducuing, RAMIP), Laurent Jeandra (Narcotiques Anonymes), Karima Koubaa (ANPAA 31, ARPADE), Hervé Laffont (ARPADE), Agnès Lafforgue (MG, RAMIP), Serge Laye (La Psychanalyse dans la Cité), Etienne Normand (Intermède – Association régionale Clémence Isaure), Gérard Régine (ANPAA 31), Stéphane Viel (Association du May), Sandrine M. (Narcotiques Anonymes), Nabil Yajjou (Case de Santé). Alexandra Montéro (RAMIP), Francine Quesada (RAMIP), Guillaume Sudérie (RAMIP)

 

Excusés :

Jacques Barsony (MG, RAMIP), Hamida Ghazi (RAMIP), Pascale Hérédia-Rodier (ELSA – CH Gérard Marchant), Jacques Nogaret (AAT), Paola Revue (Clémence Isaure).

 

Ordre du jour :

  •  Présentation des Narcotiques Anonymes,
  • Présentation des différentes actions sur le Saint-Gaudinois,
  • Présentation de la plate-forme de soutien aux professionnels,
  • Questions diverses.

 

Phase 1 : Présentation des Narcotiques Anonymes

Le groupe des Narcotiques Anonymes existe à Toulouse depuis 18 ans. 3 réunions sont organisées à Toulouse chaque semaine (150 en France). La démarche s’appuie sur le partage d’expériences entre dépendants. Le principe est de s’en remettre à quelqu’un pour se rétablir face à sa dépendance. Les groupes sont exclusivement composés de personnes concernées et sont portés par des bénévoles. Leur développement est relativement difficile à Toulouse. En complément à ce compte rendu, un support PowerPoint de présentation transmis par le groupe des Narcotiques Anonymes est disponible.

Phase 2 : Présentation des différentes actions menées sur le Saint-Gaudinois

  • L’action de l’Association AIDES

Le bus du CAARUD de l’association AIDES se déplace tous les mois pour établir une
permanence de réduction des risques à Saint-Gaudens.
Cette action s’appuie sur un nombre important d’usagers relais sur lesquels les intervenants
de AIDES s’appuient pour déployer leur action.

  • L’action de la Fédération Addiction

Ce projet régional impliquant huit CAARUD de Midi-Pyrénées a pour objet de développer des outils et des actions visant à favoriser la mise en place de partenariats avec les pharmacies situées dans les bassins de santé ruraux afin de :

  • Diffuser le plus largement possible les outils de RDR.
  • Faire connaître le dispositif CAARUD.
  • Informer, sensibiliser et valoriser les pharmaciens en tant qu’acteurs de la RDR.

En Haute-Garonne, le CAARUD Intermède, Association régionale Clémence Isaure, a développé un partenariat avec six des sept pharmacies de Saint-Gaudens afin de mettre à disposition du matériel de RDR gratuitement et des outils de récupération. Ce projet s’inscrit dans une action « d’aller vers » les pharmaciens d’officine afin qu’ils deviennent des acteurs de RDR.

Le constat est que ces pharmaciens se sentent esseulés face à une transformation des profils des populations et des besoins nouveaux. La problématique du logement à Toulouse est à l’origine d’un processus de migration de populations en situation de précarité. Pour une part en situation d’addiction, ils n’ont plus accès aux services d’accompagnement et de prise en charge dont ils pouvaient bénéficier à Toulouse. Une réunion de ces acteurs est prévue au premier trimestre 2016.

  • L’antenne de l’ANPAA 31

Depuis le milieu des années 2000, l’ANPAA a déployé une antenne du CSAPA à SaintGaudens. Ce service médico-psychosocial à part entière reçoit des patients sur des problématiques de troubles des alcoolisations, mais aussi en mésusages de médicaments, notamment de MSO. Il est souligné une réelle difficulté d’accès à des protocoles méthadone pour des personnes qui en aurait le besoin.

Sur ce territoire, beaucoup de personnes sont concernées par les usages de produits psychoactifs. Ces dernières années, le service a fonctionné avec un appui médical restreint pour les prises en charge. En 2016 une stratégie d’information des médecins, des pharmaciens et des infirmiers de Saint-Gaudens est en cours.

  • L’action du RAMIP

En 2015, les membres du Groupe Territorial de la Haute-Garonne ont décrit un déséquilibre historique entre les possibilités d’accès aux services de l’addictologie à Toulouse et sur le reste du département.

A partir de ce constat, l’action de la délégation de santé du RAMIP a développé plusieurs actions sur plusieurs territoires dont le Saint-Gaudinois. Cette action orientée en particulier vers les professionnels de santé libéraux mais aussi en direction des acteurs du social a fait état d’un besoin important de lien entre les différents acteurs de ce territoire. Les libéraux (médecins et pharmaciens) ont le souhait de connaître les ressources à leur disposition sur le territoire.

Le projet porté par le RAMIP est dans un premier temps de mettre en place une ou plusieurs rencontres entre « pairs » afin d’améliorer les liens entre les acteurs. Dans un second temps, il sera question de travailler le lien entre ces acteurs et les professionnels des services de l’addictologie du territoire.

Le calendrier de ces actions est suspendu actuellement afin de se coordonner avec les autres actions des partenaires du territoire.

  • L’action de la FNARS

La présence de l’équipe de direction du CHRS Montespan – Association du May a permis d’informer les membres du Groupe Territorial de la Haute-Garonne sur les actions menées par les professionnels du secteur social.

Il est souligné que :

  • Concernant le secteur de la psychiatrie, le CMP de Saint-Gaudens dépend de Lannemezan et qu’aucun psychiatre libéral n’est repéré.
  • Un projet de répertoire social est en cours et est soutenu par l’ARS.
  • Une Permanence d’Accès aux Soins (PASS) a été nouvellement créée.
  • Le Service Intégré d’Accueil et d’Orientation (SIAO) regroupe le réseau des acteurs sur le secteur du logement et de l’hébergement.

Ces professionnels constatent une transformation en profondeur des publics. Une offre de logement supérieure à la demande a longtemps été la caractéristique de ce territoire. Cette situation est à l’origine d’un processus de migration de populations précaires ayant accès à du logement ou de l’hébergement dans le Comminges qu’ils n’auraient pas eu ailleurs, à Toulouse en particulier. Dans ce processus, des squats ont été ouverts là encore à l’origine de l’arrivée de nouveaux profils de population sur ce territoire. Cette transformation du public a généré des besoins nouveaux en terme de réponses sociales avec, par exemple, la création de 10 places de CHRS d’urgence. Notons qu’il n’y a pas d’accueil de jour.

Ces professionnels constatent enfin des grands problèmes de mobilité des personnes qui, sédentarisées à Saint-Gaudens, à Montréjeau ou dans les lieux plus ruraux, ont de grandes difficultés pour se rendre dans les services dont ils ont besoin. Des actions « d’aller-vers » sont à mettre en œuvre. La FNARS organise le 31 mars 2016 une journée d’échange Santé/Précarité à SaintGaudens

  • Conclusion, Travail en réseau

Etant donné l’enjeu, le faible nombre d’acteurs de la santé sur le territoire, le lien perfectible entre les acteurs de la santé et du social, il est convenu que l’ensemble des actions menées sur le territoire seront faites en concertation pour éviter un surplus d’information et un manque de lisibilité pour les acteurs de terrain. Concrètement, les promoteurs des différentes actions proposent de relayer les réunions organisées par les uns et les autres et de travailler sur un calendrier cohérent.

 

Phase 3 : Présentation de la plateforme de soutien aux professionnels

Cette plate forme est créée afin de mettre en lien des professionnels (médecins, pharmaciens) ayant des questions face à certaines prises en charge et des professionnels de l’addictologie.

Le groupe est informé qu’une réunion d’information est mise en place le 17 février 2016.

 

Phase 4 : Questions diverses

Présentation de l’association « Psychanalyse dans la cité »

L’action de cette association souhaite créer les conditions pour agir contre l’errance psychique. Elle veut donner la possibilité à des personnes n’ayant pas accès à des « espaces pour parler » du fait des problèmes financiers entre autres d’être soutenu dans leur souhait de prise en charge psycho-thérapeutique.

Cette association n’a pas de spécialisation en addictologie, toutefois, son action peut venir s’inscrire dans des prises en charge médico-psychosociales en lien avec d’autres partenaires.