Compte rendu – Groupe Territorial Haute Garonne GT31 – 30 septembre 2015

Groupe Territorial, Compte rendu, GT31

Présents :

Najah Albazou (Médecins du Monde), Marie Crequy (CSAPA Maurice Dide), Flora Entajan (CSAPA Maurice Dide), Gérard Fontan (MG, RAMIP), Frédéric G. (Narcotiques Anonymes), Daniel Garipuy (Hôpital Joseph Ducuing, RAMIP), Bénédicte Gaudillière (Case de Santé), Pascale Hérédia-Rodier (ELSA – CH Gérard Marchant), Hervé Laffont (ARPADE), Gérard Laurencin (SMPR – CH Gérard Marchant), Sandrine M. (Narcotiques Anonymes), Jacques Nogaret (AAT), Nabil Yajjou (Case de Santé). Christophe Boudard (RAMIP), Hamida Ghazi (RAMIP), Alexandra Montéro (RAMIP), Francine Quesada (RAMIP), Guillaume Sudérie (RAMIP).

Excusés :

Jacques Barsony (MG, RAMIP), Karima Koubaa (ANPAA 31, ARPADE), Agnès Lafforgue (MG, RAMIP), Catherine Pasquet (CH Gérard Marchant, RAMIP), Jean-Michel Pomies (Pharmacien), Paola Revue (Clémence Isaure), Anne-Lise Yvernès (MG).

 

Ordre du jour :

  • Action du RAMIP au-delà du centre-ville de Toulouse (Muret, Colomiers, Le Mirail, Saint-Gaudens…).
  • Mise en œuvre de l’actualisation du marque-page des structures et services spécialisés en Haute-Garonne.
  • Questions diverses.

 

Le Groupe Territorial de la Haute-Garonne qui a de bute en avril 2014 souffre d’un manque de continuité des acteurs qui le composent. Ainsi, il est difficile pour ce groupe d’atteindre les objectifs qu’il s’est donnes. Pour rappel les voici :

  • Les GT sont des espaces de rencontre, d’échanges et de mise en commun au niveau d’un territoire.
  • Les acteurs du territoire ont toutes latitudes pour organiser, formaliser, dynamiser le GT.
  • L’equipe RAMIP peut soutenir les démarches et les initiatives dans la limite des moyens.

Ainsi et afin que le GT 31 soit un lieu d’e change et de pilotage de l’action de RAMIP dans la Haute-Garonne, l’equipe ope rationnelle invite les acteurs a se mobiliser et proposer des pistes de travail. Si les modalités de fonctionnement (horaires, lieu) ne conviennent pas, il est possible de trouver de nouveau format.

 

Action du RAMIP au-delà du centre-ville de Toulouse (Muret, Colomiers, Le Mirail, Saint-Gaudens…)

Historiquement, les services de l’addictologie de la Haute–Garonne se sont construits dans le centre de la ville de Toulouse. Des dispositifs ont été développés par l’ANPAA dans différents territoires. L’association ARPADE a développé des actions de proximité (ex : du Grand Mirail). Interme de déploie un programme de PES sur l’ensemble du département sous l’impulsion d’un projet de la Fédération Addiction. L’association AIDES intervient auprès de personnes concernées a Saint-Gaudens dans une de marche communautaire.

Cette particularité de l’organisation du dispositif de soin rend inégal l’accès au soin selon le lieu de vie des personnes concernées. Par exemple, en dehors de Toulouse, il est impossible de mettre en place une initialisation d’un traitement méthadone. Ce besoin est identifie par une part des professionnels depuis plusieurs années.

Si l’accès au dispositif est complexe pour les personnes n’habitant pas sur Toulouse, l’orientation en aval des patients existe. Les professionnels toulousains indiquent qu’une part de leurs patients vient de relativement loin et que les orientations vers les pharmacies concernant les TSO, par exemple, ne posent pas de réelles difficultés. Ces patients ont la particularité d’être motive s au sens qu’au-delà de la difficulté de s’inscrire dans une prise en charge addictologique, les obstacles en lien avec la géographie éliminent les patients les plus vulnérables. Il est souligne par les professionnels que si les populations insérées ont des possibilités de s’inscrire dans des prises en charge, pour les précaires l’accès aux soins est plus difficile.

Tous les services de l’addictologie reçoivent un certain nombre de patients ayant un domicile en dehors de Toulouse avec une particularité du fait de la situation géographique de la structure.

Ces professionnels précisent toutefois que c’est la spécificité de l’offre de soins qui sélectionnent les patients plus que la distance. Il en est de me me pour certains médecins libéraux, repérés comme « experts » et qui peuvent recevoir des personnes qui font des dizaines de kilomètre pour être prises en charge. Notons qu’au-delà du maillage territorial des acteurs du soin en addictologie, certaines personnes préfèrent ne pas consulter prés de leur domicile pour éviter la stigmatisation associée aux problèmes addictifs. Les professionnels indiquent que les services ont des moyens limites pour développer de nouvelles actions en direction de nouveaux territoires.

En Haute-Garonne, RAMIP développe une action sur le Muretain et élaboré actuellement des actions vers Colomiers et Saint-Gaudens.

Du fait de la complexité territoriale, des moyens limite s, il apparaît important de communiquer entre les différents acteurs afin de rendre les actions dans les territoires plus efficientes.

Une mutualisation des contacts des différents acteurs intervenants dans le réseau pourrait être une première action allant dans ce sens. Une présentation des actions de RAMIP pourrait être envisage e lors d’une rencontre organisée par le Réseau Sante Précarité (de nombreuses structures du département sont présentes ou représentées).

Mise en œuvre de l’actualisation du marque-page des structures et services spécialisés en Haute-Garonne

Le Groupe Territorial acte la mise a jour du marque-page. Par rapport a l’exemple du Tarn, les professionnels souhaitent un format plus léger. Les cibles de cet outil sont autant les usagers, les patients que les professionnels. Une entre e par types de structures est envisage e et non par territoires. S’est pose e la question de visibiliser le SMPR dans le marque-page. L’ensemble des professionnels souhaitent qu’il apparaisse dans le document. Un premier travail d’actualisation réalisé par l’equipe du RAMIP sera propose lors d’un prochain GT.

 

Questions diverses

  • Point sur les Délégués Territoriaux de la Haute-Garonne au Comité Opérationnel Régional. Les délégués sont Frédéric Gabanou de l’association ARPADE, Etienne Normand de l’association Clémence Isaure, Flora Entajan du service Maurice Dide et Pacale Heredia Rodier de l’Hôpital Marchant. Pour rappel, le COR est compose de délégués issus des différents Groupes Territoriaux. Ces délégués auront pour mission de faire l’interface entre le COR et les membres du réseau de leur territoire et de prendre part aux actions régionales du réseau RAMIP.
  • Information sur l’ouverture du Programme Méthadone a Seuils Adaptes (PMSA) qui a de bute le 28 septembre 2015 dans les locaux du CAARUD Interme de, association Clemence Isaure. Pour toutes demandes, contactez E tienne Normand au 06 08 72 70 43 ou par mail pmsa.toulouse@gmail.com.
    RAMIP organise une soirée de présentation du dispositif le 16 novembre 2015 a 20h00, salle San Subra.

 

Le prochain groupe territorial aura lieu le mardi 2 février 2016, à 20h00, au RAMIP, avec l’Ordre du Jour suivant :

  • Présentation des Narcotiques Anonymes
  • Présentation des actions des différents partenaires sur Saint-Gaudens
  • Présentation de la plate forme de soutien aux professionnels
  • Questions diverses