Compte rendu – Groupe Territorial Hautes-Pyrénées GT65 – 23 septembre 2015

Groupe Territorial, Compte rendu, GT65

Présents :

Raphaël Agraz (Association Vie Libre), Michel Campagnolle (Association Vie Libre), Sophie Campet (IREPS), Isabelle Carchan (Contrat Local de Santé Val d’Adour), Sophie Chollat (CH Lannemezan – Les Chemins de la Lande), Cathy Doyen (SIST 65), Emmanuelle GagnepainRodriguez (CH Lannemezan – Les Chemins de la Lande), Francis Gaits (CASA 65), Fany Gayraud (CH Lannemezan – Les Chemins de la Lande / CASA 65), Philippe Hygonenq (CH Lannemezan – Les Chemins de la Lande), Marie-Ange Lapeyre (Hôpital de Tarbes, Unité d’addictologie), Nathalie Lassere (Hôpital de Tarbes, Unité d’addictologie), Philippe Lestrade (ANPAA 65), Raphaëlle Michaud (DT ARS 65), Yves Ortega (Hôpital Le Montaigu), Anne-Marie Rockell-Cazalis (ANPAA 65). Pour RAMIP : Alexandra Montero, Guillaume Sudérie.

Excusés :

Christophe Baillet (Hôpital Le Montaigu), Cécile Bataillon (CH Lannemezan – Les Chemins de la Lande), Patrick Grand (DT ARS 65), Jocelyne Michard (ANPAA 65).

Ordre du jour :

Mise en place du Groupe Territorial du RAMIP dans les Hautes-Pyrénées

 

1er temps : Présentation

Présentation des missions de RAMIP, des objectifs de la mise en place d’un Groupe Territorial dans le département, du fonctionnement du Groupe Territorial, des outils existants et proposes par RAMIP (Annuaires, Flyers, Livret, Marque-page, Plaquette…).

Tour de table autour de trois thèmes :

  • Qui suis-je ?
  • Qu’est ce que je peux faire ?
  • Qu’est ce que j’attends des autres ?

 

2eme temps : Évaluation des besoins des acteurs

  • Mieux connaître le dispositif et le faire connaître

Une grande majorité des acteurs de l’addictologie constatent un de faut de connaissance du dispositif local et surtout des différents professionnels qui y interviennent. Les liens se font lors de situations particulières et tous les professionnels considèrent qu’un travail d’animation de réseau interprofessionnel améliorerait leur collaboration (meilleure connaissance des services et des professionnels…). Ce manque de lisibilité du dispositif, en lien avec un « turn-over » important ces dernières années au sein des équipes, est aussi constate en ce qui concerne les professionnels intervenants en dehors du réseau des acteurs en addictologie. Des rencontres interprofessionnelles pourraient permettre l’elaboration d’un outil pour aider les orientations et amélioreraient les coopérations des professionnels et donc les prises en charge.

  • Améliorer les orientations

Les professionnels constatent que les orientations entre les structures sont parfois difficiles. De manière générale, suite a une orientation, l’absence d’information sur le devenir des personnes orientées pose une réelle difficulté pour les professionnels en amont. Les professionnels constatent l’absence d’une culture collective du parcours de sante . Celle ci est a créer a la fois par la présentation des structures et de leur mode de fonctionnement, mais surtout par un travail collectif autour de cas cliniques concrets permettant d’approfondir les connaissances de chacun et d’apprehender les forces et les limites des différents acteurs.

  • Mieux collaborer avec les libéraux

Un axe de travail important a envisager est l’« aller vers » les professionnels libéraux (médecins généralistes et pharmaciens). En effet, tant pour soutenir le repérage des patients vulnérables que permettre la continuité de la prise en charge, ces professionnels sont des acteurs clés d’un dispositif en addictologie. Parfois difficilement mobilisables dans des actions de réseau traditionnelles, les libéraux doivent d’une manière ou d’une autre interagir avec les acteurs spécialistes en addictologie. Les membres du groupe territorial constatent que les libéraux sont pour beaucoup intéressés mais sont trop souvent surcharge s pour s’impliquer dans une démarche active de réseau. Les professionnels du groupe territorial parlent de la nécessité de construire des actions spécifiques en direction de ces professionnels pour les sortir de leur isolement.

  • Envisager l’education thérapeutique en addictologie

 

3eme temps : Axes de travail

Ainsi plusieurs axes se sont dégagés, mais l’axe prioritaire est l’amélioration de la connaissance de chacun. Dans un premier temps, il est convenu de la mise en œuvre d’un séminaire interprofessionnel afin que l’ensemble des acteurs puissent se rencontrer, echanger, de battre pour mieux collaborer. Pour atteindre cet objectif, il semble primordial que tous les professionnels concerne s et qui souhaitent y participer puissent accéder a ce séminaire. Ainsi, le prochain groupe territorial aura pour mission d’en évaluer la faisabilité (mise a disposition des équipes…) et d’en dessiner les contours (date, contenu et format).

L’organisation du prochain Groupe Territorial Hautes-Pyrénées sera de termine e par l’envoi d’un Doodle pour une date fin novembre ou de but décembre avec proposition de choix entre trois horaires : 12h00 – 14h00, 14h30 – 16h30, 18h00 – 20h00.

Le prochain Groupe Territorial Hautes-Pyrénées aura lieu le 10 décembre 2015, à 14h30, à l’ANPAA 65, 65 Rue Georges Lassalle, à Tarbes (Cf. Doodle).