Compte rendu – Groupe Territorial Lot GT46 – 1er octobre 2019

Groupe Territorial, Compte rendu, GT46

Présents :

Line BLANLEUIL, Alicia CAZAL, Yolande CAZES, Antonin CORRE, Laurent DEFECHE, Clémence HANON, Brigitte HONORE, Marine MAITRE, Hervé MALARET, Michèle MAURIZE, Hélène MOURET, Martine MUHENEHENE, Amandine POUCH, Anne PUECH, Jessica THAMIE.

RAMIP :

Jean-Paul BOYES, Francine QUESADA.

Excusés :

Philippe DE LAPANOUSE, Serge GALLEY, Bruno GENTILHOMME, Christelle MAZEYRIE, Hélène PERUZETTO, Léa ROUQUIE, Claude THANWERDAS.

Ordre du jour :

  • La présentation de la plateforme territoriale d’appui du département du Lot
  • La mise en place des microstructures
  • Utilisation des fonds du RESAD

 

I. LA PLATEFORME TERRITORIALE D’APPUI (PTA)

Celle-ci a été présentée par Mme Yolande CAZES.

Les présentations sont en pièces jointes et vous pourrez les consulter ainsi que le numéro de téléphone pour joindre la P.T.A. (Plateforme Territoriale d’Appui).

Vous verrez les différentes missions de cette P.T.A., et notamment, une de faciliter le parcours du soin en termes de cas complexes. L’addictologie peut faire partie bien entendu d’une entrée et d’une sollicitation de ressources par la P.T.A. comme par exemple, pour des suivis d’hospitalisation ou des sorties de S.S.R. (Soins de Suite et de Réadaptation) sur le département avec problème de relais professionnels. La P.T.A. est faite pour ça.

 

II. LA MISE EN PLACE DES MICROSTRUCTURES

Le deuxième point traité est celui de la mise en place des microstructures dans le territoire du Lot. La microstructure consiste à la mise à disposition par une structure d’addictologie (C.S.A.P.A. voire C.A.A.R.U.D.) d’un/e travailleur/leuse social/e et d’un/e psychologue au cabinet d’un médecin généraliste. La convention est signée entre le médecin et la structure d’addictologie. 5 ou 6 entretiens de psychologue et autant de travailleur social, au cabinet du médecin sont prévus pour le patient qui est inclut dans la microstructure.

Le RAMIP est au comité de pilotage de l’A.R.S et une mission d’animation régionale pour mettre en place ces microstructures lui a été confiée. Par l’intermédiaire de sa consultante auprès des professionnels du premiers recours, le RAMIP réalise une étude prospective pour proposer les microstructures qui pourraient intégrer le dispositif au regard des caractéristiques des territoires, de la motivation et de la capacité des acteurs à se mobiliser. De même, le RAMIP participe à des soirées de sensibilisation ou de formation des professionnels de 1er recours, à l’addictologie. Aucun n’était représenté au Groupe Territorial (G.T.) ce qui est fréquent, mais en revanche, le RAMIP demande à chaque participant si, il a la possibilité de faire remonter les coordonnées de professionnels qui seraient intéressés par ce dispositif.

 

III. UTILISATION DES FONDS DU RESAD

Utilisation des fonds du RESAD pour un projet de l’A.R.S. sur la prescription des substituts nicotiniques.

Devant « l’urgence » du projet et suite au sondage réalisé en juin 2019, 17 personnes s’étaient prononcées, et une très large majorité était en faveur de l’utilisation de ces fonds du RESAD.

Le G.T. étant l’instance qui entérine les décisions et qui donne l’accord, le RAMIP a attendu ce G.T. pour officialiser, qu’effectivement 460€ seront versés à cette opération de prévention en vue d’augmenter le nombre de prescription de patch nicotinique dans le cadre du « mois sans tabac ».

Pour mémoire, un précèdent GT s’était aussi prononcé pour l’utilisation d’un fond de 2000€ pour la publicité au profit de l’action Ose 46.

 

IV. PERSPECTIVES 2020

Le G.T. s’est terminé sur les projets futurs.

Il a été demandé de réfléchir à l’organisation pour 2020, de soirées thématiques professionnelles :

  • Une portant sur le cannabis, mais sur un plan pratique de conduite à tenir, voire de travail sur la R.D.R. (Réduction Des Risques) cannabis.
  • Une autre sur les opiacés, prévenir la déferlante d’addiction aux opiacés et d’overdose qui s’en suivent, comme on a pu le voir aux Etats-Unis.
  • De même, une grande soirée a été demandée avec éventuellement la venue du Pr Auriacombe.

Le RAMIP va essayer de répondre à ces différentes demandes et informera le GT46.

 

La date du prochain G.T. n’a pas été encore fixée. Elle le sera en fonction de l’avancée des différentes organisations de soirée.