Compte rendu – Groupe Territorial Tarn GT81 – 9 septembre 2015

Groupe Territorial, Compte rendu, GT81

Présents :

Pierre Baranski (EAID), Bernard Champanet (Pharmacien – URPS), Delphine Nau (Tarn Espoir), Christophe Boudard (RAMIP), Alexandra Montéro (RAMIP), Guillaume Sudérie (RAMIP).

 

Excusés :

ANPAA 81 (ensemble des équipes), Francis Blanc (Médecin généraliste), Michel Réocreux (Clinique Saint-Salvadou).

 

Ordre du jour :

  • Le plan de diffusion du « marque-page »
  • Les actions dans le département du Tarn pour la fin d’année 2015.

 

Validation du « marque-page »

Quelques corrections sont demandées par les acteurs présents :

  • Erreur d’orthographe sur la carte du Tarn (en première page) : en haut, à droite : « Pamplelone » s’écrit en fait « Pampelonne ».
  • Les têtes de chapitres nécessitent une meilleure visibilité : mettre en valeur les noms des villes « ALBI », « CASTRES » et « LAVAUR », peut-être en réduisant en largeur la trame de fond bleue pour qu’elle ne fasse pas toute la largeur de la page du marque-page et que du coup « ALBI » et « CASTRES » ne forment pas un seul bandeau.
  • Modification concernant le dispositif mobile du CAARUD : pour les trois villes, ALBI / CASTRES / LAVAUR, dans la rubrique « Réduction des risques », modifier le texte entre parenthèse : (Permanence et unité mobile dans tout le Tarn).
  • Dans les numéros utiles à la dernière page, préciser ce qu’est l’association Croix Bleue.

 

Diffusion du « marque-page et actions dans le département pour 2015 et 2016

Concernant la diffusion, il est convenu que cet outil peut être utile à de nombreux professionnels, mais aussi aux usagers.

Une première impression de 2000 exemplaires est prévue.

Plusieurs propositions d’action sont envisagées :

Chaque structure en addictologie aura à sa disposition, un certain nombre de « marque-pages » qu’elle pourra diffuser à ses partenaires.

Concernant les pharmaciens, l’action sera double :

Un courriel cosigné par Bernard Champanet, président de l’URPS et par le Dr Jacques Barsony, président du RAMIP sera envoyé à l’ensemble des pharmaciens via l’URPS. Ce courriel accompagné du format électronique du marque-page signalera l’existence de cet outil. Le format papier sera adressé à tous les professionnels qui en feront la demande par retour de courriel (140 pharmacies). Parallèlement, les pharmacies partenaires du CAARUD Tarn Espoir dans le cadre du Projet d’Échange de Seringues recevront un « marque-page » lors de la visite du CAARUD qui doit se déplacer pour les informer des modifications concernant l’Unité mobiel (50 pharmacies).

Concernant les médecins libéraux, un courriel cosigné par le président de l’Ordre des médecins (Étienne Moulin) et par le Dr Jacques Barsony, président du RAMIP et envoyé à l’ensemble des médecins libéraux est envisagé. Ce courriel accompagné du format électronique signalera l’existence de cet outil. Là encore, un format papier sera proposé à tous les professionnels qui en feront la demande par retour de courriel. Il est aussi envisagé de venir remettre en main propre le marque-page à certains médecins libéraux qui le souhaitent sur le principe de la délégation de santé.

Concernant les professionnels du secteur social, les membres du GT souhaitent la mise en place d’une demi-journée d’information sur les « conduites addictives » auprès de ce public. Un partenariat avec la FNARS est souhaité, ainsi qu’un intervenant extérieur (les noms du Pr Reynaud et Xavier Pommereau ont été avancés). Cette demi-journée serait un moment pour présenter les travaux du GT du Tarn ainsi qu’un moment pour promouvoir le « marque-page ».

Enfin, il est envisagé d’organiser une soirée culturelle autour des addictions en partenariat avec le musée Toulouse-Lautrec réunissant l’ensemble des acteurs du libéral, du social et de l’addictologie. La conservatrice du Musée, Mme Devinck, pourrait faire une présentation autour de l’absinthe et de sa place dans la vie du peintre. Il est convenu que l’équipe de RAMIP prendrait contact avec elle pour étudier la faisabilité de ce projet : capacité de l’amphithéêtre, calendrier, coût pour une conférence…)

Dans le cas où les 2000 exemplaires ne suffisent pas, il sera nécessaire de trouver des budgets complémentaires. La MILDECA est évoquée par les membres du GT.