Le Baclocur : Saga de l’été ?

Actualité, Alcool, Réduction des risques

Le Baclofène, victime de son succès

Tout juste commercialisé et aussitôt retiré. Deux jours seulement après le début de la commercialisation du Baclocur en tant que seul médicament à base de baclofène autorisé pour traiter l’alcoolisme, la justice a ordonné l’arrêt des ventes, mercredi 17 juin 2020. Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a ainsi donné raison à une association de patients, « Baclohelp », qui juge trop faible la dose limite imposée pour prescrire ce médicament.

Tous les médicaments qui ont marqué un réel progrès dans les addictions, ont été découverts par des patients, avant d’être testés par la médecine de premiers recours, puis validés scientifiquement et enfin produits par l’industrie pharmaceutique. Des antalgiques comme la Méthadone* et la buprénorphine (Subutex*) ont été détournés par des toxicomanes pour traiter leur dépendance aux opiacés; le Bacloféne*, un décontracturant, pour traiter la dépendance à l’alcool; des stimulants comme les amphétamines et la cocaïne, pour canaliser les symptômes d’hyperactivité bien avant la découverte de la Ritaline*; la E-cigarette pour les fumeurs dépendants ou le CBD pour la dépendance au cannabis. Tous ont été découverts par des usagers. En matière d’addictologie, le circuit est toujours le même, il part de la rue avant d’y retourner. Des centaines de milliers de chercheurs bénévoles, très motivés, infatigables, expérimentent en permanence des produits, cherchent des solutions, prennent tous les risques, communiquent entre eux sans arrêt et finissent forcément par trouver ce qui deviendra un médicament dont ils pourront bénéficier. La boucle est bouclée… enfin pas tout à fait!

Suite de la saga du Baclocur au prochain épisode…