Inauguration de la plaque en hommage au docteur Jean Carpentier

Actualité, Culture

On ne peut pas parler de Jean sans parler de Clarisse, Dr Jean et Dr Clarisse, Carpentier et Boisseau médecins associés de la commune d’Aligre couple professionnel s’il en est. L’inauguration de la plaque en hommage à Jean « Acteur marquant du quartier d’Aligre dans le domaine de la santé et de l’animation citoyenne et culturelle » en présence du maire du 12° arrondissement montre assez quelle dimension il donnait à sa pratique. La cérémonie peu cérémonieuse a défilé en fanfare façon Nouvelle Orléans dans les rues d’Aligre avec arrêts et discussions dans tous les lieux marquants de la vie du quartier. Et à la fin, arrêt buffet. Jean Carpentier et Clarisse Boisseau ont été des précurseurs en matière de réduction des risques à une époque où le mot n’existait pas et où c’était risqué. J’ai fait sa connaissance à l’occasion de son procès, éternel Gavroche, il était (une nouvelle fois) sous la menace d’une interdiction d’exercice : « Il donnait de la drogue aux drogués », il était (une nouvelle fois) juste un peu en avance. En 1995 il s’était vendu en France 12 millions de boîtes de Néocodion*(cp) et une grande quantité de vaccins (pour leurs seringues) une pratique de substitution sauvage et de réduction des risques bricolées. A l’arrivée de l’épidémie de Sida, Jean Carpentier et Clarisse Boisseau ont pris leur responsabilité.