Le RAMIP se met au vert !

Actualité

Depuis quelques mois, années, le RAMIP adopte de plus en plus une communication numérique néanmoins cette dématérialisation à un coût pour notre environnement.

Ensemble, nous pouvons tous réduire l’impact de nos activités numériques sur la planète et l’environnement. Voici quelques bonnes pratiques qui permettent de réduire la pollution numérique et de concilier dématérialisation et écologie.

Qui est-ce qui nous suit ?

logo-ramip-vert

Les emails

L’impact de l’envoi d’un mail dépend du poids des pièces jointes, du temps de stockage sur un serveur mais aussi du nombre de destinataires. Multiplier par 10 le nombre des destinataires d’un mail multiplie par 4 son impact.

Alléger ses mails

> Ciblez les destinataires, nettoyez vos listes de diffusion et supprimez les pièces jointes d’un message auquel vous répondez.

> Optimisez la taille des fichiers que vous transmettez : fichiers compressés, images et PDF basse définition… Si vous voulez placer un logo dans la signature, transformez le texte et le logo en une seule image basse définition.

> Pensez à utiliser des sites de dépôt temporaire plutôt que l’envoi en pièce jointe, surtout lorsqu’il y a plusieurs destinataires : les données sont « nettoyées » au bout de quelques jours. De plus, le téléchargement ne se fait que par le destinataire et s’il le souhaite. Pour les fichiers les plus lourds, l’idéal reste la clé USB !

> Nettoyez régulièrement votre boîte mail et désinscrivez-vous des listes de diffusion qui ne vous intéressent plus.

Les requêtes web

L’impact d’une requête web dépend du temps de recherche et du nombre de pages consultées. On divise par 4 les émissions de gaz à effet de serre en allant directement à l’adresse du site.

Recherche web : aller au plus court

> Tapez directement l’adresse d’un site, utilisez l’historique de vos consultations, créez des favoris dans votre navigateur pour toutes les adresses Internet que vous consultez régulièrement.

> Utilisez des mots-clés précis et ciblez votre demande pour limiter la sollicitation des serveurs du moteur de recherche. Vous pouvez affiner la recherche en excluant certains mots, en en couplant d’autres, en demandant une formulation exacte, en utilisant la fonction « recherche avancée » …

> Videz régulièrement le « cache » de votre navigateur.

 

Ainsi n’oubliez pas de mettre le site www.ramip.fr à vos favoris !

LE MATÉRIEL UTILISÉ COMPTE AUSSI !

  • Une recherche d’une minute sur Internet consomme 100 watts sur un ordinateur fixe, 20 watts sur un ordinateur portable, quelques watts sur une tablette, et encore moins sur un téléphone.
  • Une connection par fil (câble Ethernet) au réseau consomme moins qu’une liaison Wi-Fi.

Le stockage des données

Où se fait-il ? Dans les équipements personnels (ordinateur, disque dur externe…) mais aussi de plus en plus sur des serveurs mails et sur le Cloud, ce qui donne l’impression d’avoir accès à un espace de stockage infini et éternel. De grandes quantités de données s’accumulent : documents, vidéos, photos, musique…

> Ne conservez que ce qui vous est utile, que ce soit en ligne ou sur vos équipements.

> Stockez et utilisez le maximum de données localement. À chaque stockage et consultation de données sur le Cloud, on impose des allers-retours entre utilisateurs et serveurs.

> Stockez uniquement le nécessaire sur le Cloud : vous vous protégez contre des utilisations indésirables en plus d’alléger les data centers. Sachez que pour garantir leur accessibilité en permanence, vos données sont stockées simultanément sur plusieurs serveurs. Vous pouvez si vous le souhaitez désactiver la synchronisation automatique sur votre smartphone ! Vous éviterez ainsi des consommations d’énergie dues à la mise à jour fréquente des données.

LE CLOUD, UNE GIGANTESQUE ARMOIRE DE RANGEMENT ?

Le « Cloud » (« nuage ») est l’ensemble des réseaux, serveurs, unités de stockage… auquel les usagers se connectent via une liaison Internet sécurisée. Il permet le stockage de données (hébergement de photos, de vidéos, de musique, sauvegarde en ligne de fichiers divers) et l’usage d’applications, de services, de logiciels (streaming vidéo, suites bureautiques connectées). Le Cloud permet ainsi d’utiliser des ressources sans les posséder.

Pour aller plus loin

Voici deux guides pratiques, le premier pour découvrir la face cachée du numérique et le deuxième pour nous aider à être un peu plus éco-responsable au bureau.

https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-pratique-face-cachee-numerique.pdf

https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-pratique-ecoresponsable-au-bureau.pdf

Sources : ademe.fr , Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie